123 articles avec les oiseaux

ANATIDE PLACE SOUS BONNE GARDE.

Publié le par André MARINI

C'est sans doute un pur hasard de rencontre mais cette oie cendrée, au premier plan, semble veiller sur le repos de ce canard somnolant.

Comme le zoom 500 mm permet de l'identifier, je vous en laisse le soin.

-Je suis un canard de surface aux couleurs ternes avec un croupion noir et le ventre blanc.

-Je porte un miroir alaire blanc bordé de noir et de roux que l'on peut observer aussi bien en vol qu'au repos.

-Mon bec est gris.

 

QUI SUIS-JE ?

ANATIDE PLACE SOUS BONNE GARDE.
ANATIDE PLACE SOUS BONNE GARDE.

Pour vous aider, reportez-vous à ce site exceptionnel qui m'a séduit et auquel vous ne pourrez pas rester indifférent mais qui me permet de mesurer le chemin qui me reste à parcourir.

 (Photo J-M Lecat)

(Photo J-M Lecat)

LES OISEAUX DE LA BAIE DE SOMME

 

Dans les pages qui suivent, vous trouverez au fur et à mesure du temps des clichés des différentes espèces d'oiseaux qui fréquentent la baie de Somme et les marais arrière littoraux. Les photos de limicoles sont prises lors de sorties au hutteau. Pour les autres espèces, de photos d'oiseaux prises à l'affut ou à la billebaude lors de sorties nature ou de traversées de la baie de Somme

 

Promenades et randonnées en Baie de Somme avec un guide ornithologique.

www.baiedesommeautrement.net/photos-d-oiseaux-de-la-baie-de-somme

Pour tout renseignement que vous ne trouvez pas sur ce site:

Jean-Michel LECAT

Le Marais de Laviers

Chemin rural 80132 GRAND LAVIERS

Tel : 00 33 (0)3 22 31 42 41 GSM : 00 33 (0)6 35 38 06 61

Publié dans Les oiseaux

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

Publié le par André MARINI

Bien qu'elle soit très commune, la mouette rieuse est un superbe oiseau, de plus en plus présent à l'intérieur des terres.

En période nuptiale, la mouette rieuse a un capuchon brun-chocolat qui s'étend jusqu'à l'arrière de la partie auriculaire, et des croissants blancs autour de l'œil.

Pendant cette période, l'adulte a le dos et le dessus des ailes gris clair.

Les primaires externes sont blanches avec les extrémités noires.

Le bord d'attaque est d'un blanc pur, mais il devient noir vers les primaires les plus externes.

Les parties inférieures sont blanches, parfois teintées de rose sur la poitrine au printemps. La queue est blanche.
Le bec, les pattes et les doigts sont rouge noirâtre.

Les yeux sont foncés.

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

L'adulte en plumage d'hiver a des taches sombres nettes en arrière des yeux.

Le capuchon sombre disparaît après la saison nuptiale.

On peut voir deux barres noires indistinctes en travers de la calotte. Le bec est rouge avec l'extrémité noire ainsi que les pattes et les doigts.

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

Cet oiseau est un remarquable pêcheur qui, comme le sterne, plonge pour capturer ses proies.

Lorsque survient un banc de poissonnets, le ballet est de toute beauté et l'on peut remarquer la qualité de plongeur de la mouette, plongeons entrecoupés de cris et de disputes.

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

Publié dans Les oiseaux

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Publié le par André MARINI

Le Grand Harle ou Harle Bièvre est une espèce de canard piscivore de la famille des anatidés.

C'est un canard de 58 à 75 cm de long, de taille plus imposante que le colvert.

Le mâle possède une envergure de 82 à à 97 cm et pèse 1600 grammes contre 1300 g pour la femelle. 

Le mâle possède une tête vert foncé avec une huppe peu marquée et un long bec rouge foncé, mince et crochu.

Le cou, la poitrine et les côtés sont blancs, le dos est noir.

Les ailes sont blanches sauf aux extrémités où elles sont noires.

Le croupion et la queue sont gris.

La poitrine est teintée de rose saumon au printemps (plumage nuptial).

La femelle et les immatures ont la tête brun roux, les parties inférieures blanches et le dessus gris.

Le plumage d'éclipse du mâle rappelle celui de la femelle. Seules les petites et moyennes couvertures de l'avant de l'aile restent blanches et constituent la différence permettant de différencier les sexes.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Deux couples de harles. On distingue parfaitement le long bec recourbé.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Savoir identifier de loin une espèce fait partie du lot de l'amateur.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Le matériel permet de mieux distinguer l'oiseau en zoomant.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Encore un peu plus.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Puis vient la digiscopie qui permet de photographier le sujet en utilisant la longue-vue KITE KSP 80 HD.

Publié dans Les oiseaux

Le lac du Der, terre des oiseaux migrateurs.

Publié le par André MARINI

Bonjour,

France 3 national a réalisé un reportage diffusé récemment dans l'émission Midi en France présentée par Laurent Boyer et consacrée aux oiseaux migrateurs du Lac du Der.

Dans le rôle principal nos majestueuses danseuses du ciel les Grues cendrées (Grus grus) et dans les rôles secondaires les nombreux oiseaux migrateurs qui sont actuellement présents sur le site.

Tout cela sous l’œil d'Antoine Cubaixo Guide ornithologue et de la "plume" d'un artiste Jean Chevallier illustrateur naturaliste.

Pour voir le reportage, cliquez-ici.

Pour vivre ces moments magiques, cliquez-ici.

A bientôt.

Antoine

Antoine Cubaixo

Un véritable amoureux de la nature, un exceptionnel ornithologue doté d'une connaissance et d'une patience à toute épreuve.

Bravo et merci, Antoine.

 

+33 (0)6 09 79 00 37

Site Internet personnel

Chaîne Youtube

Publié dans Les oiseaux

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Publié le par André MARINI

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Le vanneau huppé mesure 28 à 31 cm pour une envergure de 82 à 87 cm. Il pèse entre 128 à 330 g.

Il présente une longue huppe noire effilée caractéristique, des parties supérieures à reflets verts et des sous-caudales orange. Son ventre blanc fait ressortir la couleur rose de ses pattes, très fines et courtes. Ses ailes larges et arrondies sont sombres dessus et blanches dessous. Leur battement rapide produit un son très particulier, qui rappelle le bruit que fait le van (sorte de grand tamis) dans les mains du vanneur, d'où son nom de vanneau.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

S'il niche en colonies éparses dans les champs ou les landes de l'Europe entière, le vanneau huppé adopte un comportement plus grégaire le reste de l'année.

En hiver, on l'observe souvent en grand nombre, s'abritant au creux des sillons tracés par les machines agricoles.

Sensibles au froid, les vanneaux huppés d'Europe continentale et nordique se réunissent en troupes compactes dès la fin du mois de juillet afin de rejoindre des régions au climat plus doux. Ils migrent vers le sud et l'ouest de l'Europe.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Il est typique des terrains découverts: marais d'eau douce ou salée, vasières, prairies et champs cultivés.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Le vanneau huppé niche au sol, le plus souvent en prairie humide.

Dès la fin mars et jusqu'au mois de mai, la femelle se consacre à la couvaison.

Elle pond ses œufs (quatre généralement) dans une cavité au sol aménagée par le mâle durant la parade nuptiale. Si sa ponte est détruite, la femelle peut la renouveler jusqu'à cinq fois de suite. L'incubation peut durer près de 30 jours.

Les juvéniles quittent le nid quelques heures après leur éclosion (comportement nidifuge) et volent au bout de cinq semaines.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Et parfois, au milieu des vanneaux, un oeil averti peut reconnaître des courlis cendrés, bien plus visibles à la longue-vue ou dans l'oeilleton de l'appareil photos que sur la photo elle-même.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Ils sont à 7 ou 800 mètres mais un oeil à peine exercé les identifie sans peine et peut même les différencier du courlis Corlieu, non pas à la barre sommitale mais à la taille et à la forme du bec.

Les voici en vue rapprochée.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Publié dans Les oiseaux

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Publié le par André MARINI

On pourrait ajouter la cigogne à cette famille puisqu'on la rencontre désormais dans beaucoup de régions de France, là où elle ne séjournait pas antérieurement.

Peut-être est-ce une conséquence du réchauffement climatique.

Il faut bien qu'il y ait, au moins, quelques conséquences positives !

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Grande aigrette, à différencier de l'aigrette garzette, plus petite.

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Héron cendré, le plus grand représentant de cette famille.

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Grue cendrée, voyageuse infatigable qui parcourt des milliers de kilomètres deux fois par an.
Toutefois, certains individus ont désormais tendance à se sédentariser.

APPEL A MES CONFRERES

Je souhaite passer à la digiscopie...mais je souhaite avoir un guide ou un conseiller pour l'adaptateur "Kite" et pour l'APN.

"Commentaire" ou "contact" sont à votre disposition.

Publié dans Les oiseaux

Les reconnaissez-vous ?

Publié le par André MARINI

De près ou de loin, quelle que soit la luminosité, l'heure du jour ou la position du soleil , identifier des oiseaux n'est pas toujours chose facile.

A vous de vous y exercer.

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

Facile ! On poursuit ?

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

On continue !

Les reconnaissez-vous ?

Là, c'est donné.

Les reconnaissez-vous ?

Voyons maintenant.

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

Puisque vous y prenez goût !

Les reconnaissez-vous ?

Encore ?

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

Publié dans Les oiseaux

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Publié le par André MARINI

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Le Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) est un oiseau type de la famille des Alcedinidae. C' est un bon indicateur naturel de la qualité d'un milieu aquatique.

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.
LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Ses principales caractéristiques sont :

  • une livrée brillante et très colorée (bleue sur le dessus, rousse et blanche en dessous),
  • un bec long et fin,
  • un corps court et trapu,
  • une taille approximative de 16 cm et un poids, approximatif lui aussi, de 40 g.

Son bleu étincelant provient des reflets prismatiques de la lumière sur les structures minuscules de ses plumes.

Le sexe des martins-pêcheurs se différencie à la couleur du bec : presque tout noir chez le mâle ; chez la femelle, la mandibule est du même orange que les pattes.

L'oiseau, très vivace, parcourt un circuit sur son territoire en se posant sur des perchoirs qu'il connaît, bien disposés pour guetter ses proies. Si sa position est assez haute, il plonge en flèche directement, et ressort aussi rapidement de l'eau grâce à la poussée d'Archimède résultant de l'air emprisonné sous son plumage. S'il part d'un support trop proche de la surface, il doit d'abord s'éjecter vers le haut avant de se retourner pour plonger. Mais il peut aussi faire de longues séquences de vol stationnaire avant de plonger. Lorsque sa tentative est récompensée, il se pose et entreprend d'assommer sa proie en la battant sur sa branche par des mouvements de tête alternés, avant de l'avaler, quand il ne va pas la porter à sa compagne (mâle en période nuptiale) ou à ses juvéniles.

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.
LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Pendant la reproduction, son habitat se situe dans les pentes escarpées et meubles dans lesquelles il peut facilement creuser son terrier. Il apprécie aussi les falaises calcaires ou sédimentaires, qui se réchauffent facilement au soleil, et les abords des étendues d'eau dans lesquelles il pourra plonger pour attraper sa nourriture.

Il reste dans son territoire de prédilection tant que les eaux ne sont pas prises par les glaces, car cet oiseau craint les hivers trop rudes, et dans ce cas, il migre vers des régions plus tempérées.

Publié dans Les oiseaux

AUTOMNE 2013: Période de migration en Champagne-Ardennes.

Publié le par André MARINI

Avant que ne vienne l'avalanche de photos que j'ai prises pour vous, voici un petit quiz pour vous y préparer.


Quizz.biz : 1ère plateforme de Jeux gratuits Animaux

Publié dans Les oiseaux

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

Publié le par André MARINI

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

La Grue cendrée :


Suivez au jour le jour la migration en cours avec la halte réputée au lac du Der, région Champagne-Ardennes.

 

http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migration.htm

 

 

Mais puisque j'y étais, j'apporte ma contribution bien humble et bien modeste si l'on considère que, deux fois par an, ces magnifiques oiseaux accomplissent des milliers de kilomètres pour se rendre sur les lieux de nidification au printemps et pour redescendre vers des lieux plus hospitaliers en automne.

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.
LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.
LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

Pourquoi ne pas se faire plaisir avec un clair obscur ?

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.
LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

Publié dans Les oiseaux

LE LAC DU DER: Une superbe vidéo de Antoine Cubaixo.

Publié le par André MARINI

Publié dans Les oiseaux

C'EST L'EPOQUE DES COUVEES.

Publié le par André MARINI

Une gentille petite famille de cygnes prend les quelques rayons de soleil du soir.

Gentille ? Oui ! Tant que l'on ne s'approche pas.

C'EST L'EPOQUE DES COUVEES.

Mais si l'on s'approche, même pour une photo, Madame n'est pas vraiment accueillante.

C'EST L'EPOQUE DES COUVEES.

Et le mâle, qui n'est jamais bien loin, me prend à revers.

C'EST L'EPOQUE DES COUVEES.

Mais malgré l'agressivité des parents, une sale pratique s'est installée un peu partout en France et il est fréquent qu'une couvée disparaisse.

Profitant de la nuit et faisant feu de tout bois, des individus en font le commerce. Ils attaquent les parents qui se défendent moins qu'à la lumière du jour, subtilisent les jeunes et les revendent à prix d'or à des particuliers tout fiers de les montrer dans leur jardin. La bêtise et la cupidité n'ont décidément aucune limite !

Publié dans Les oiseaux

SAVOIR IDENTIFIER NOS MOUETTES LES PLUS COMMUNES.

Publié le par André MARINI

Il est vrai que l'on ne sait plus si c'est un oiseau de mer ou un oiseau qui se sédentarise de plus en plus à l'intérieur des terres pour y trouver la nourriture qui fait défaut sur nos plages.

SAVOIR IDENTIFIER NOS MOUETTES LES PLUS COMMUNES.

Colonie de mouettes rieuses avec, au premier plan, un tadorne de Belon

SAVOIR IDENTIFIER NOS MOUETTES LES PLUS COMMUNES.

Mouette rieuse en vol au-dessus de la Marne.

La Mouette rieuse est blanche avec les ailes gris perle mais l'extrémité noire. La tête est brun sombre sauf en hiver où elle est blanche avec une tache noirâtre derrière l'œil. Les pattes sont orange ou rouge-orangé. Le bec est rouge-jaune.

On la confond également facilement avec la mouette mélanocéphale qui présente, elle aussi, une tête noire en été.

Ce qui permet de les distinguer facilement est la couleur plus claire du plumage de la mouette rieuse et la permanence des taches noires à l'extrémité des ailes de cette dernière, même en période hivernale.

SAVOIR IDENTIFIER NOS MOUETTES LES PLUS COMMUNES.

Contrairement à la mouette rieuse, la mouette mélanocéphale n'a pas de noir sur les primaires.

La tête et la nuque sont noires, l'œil est bordé de blanc. Le manteau est gris clair, le dessus des ailes est gris à la base mais les primaires sont blanches.

Le bec et les pattes sont rouge foncé, ce qui constitue un bon identificateur.

La mouette mélanocéphale fréquente les plages en hiver. Elle niche dans les marais côtiers et intérieurs et fréquente les ports de pêche et les décharges .

C'est une migratrice, principalement de jour.

Elle se nourrit en vol, à la surface de l'eau, en plongeant et en picorant à la surface tout en nageant. Il lui arrive de poursuivre une proie en courant au sol.

SAVOIR IDENTIFIER NOS MOUETTES LES PLUS COMMUNES.

La mouette tridactyle est une espèce hauturière qui ne s'approche du littoral que pour la reproduction. Celle-ci se déroule généralement au flanc de falaises verticales surplombant directement la mer.

Avec une population mondiale évaluée à plusieurs millions de couples, il s'agit d'un des oiseaux de mer les plus abondants de l'hémisphère nord.

Elle doit son nom à ses pattes, pourvues de seulement trois doigts bien visibles, contre quatre chez les autres laridés (mouettes et goéland).

Mouette rieuse photographiée en vol au-dessus de la Marne.
Mouette mélanocéphale photographiée près de Saint-Mâlo
Mouette tridactyle photographiée au Cap FREHEL.

Publié dans Les oiseaux

LA BERGERONNETTE GRISE.

Publié le par André MARINI

La Bergeronnette grise, aussi appelée Hochequeue gris, est une espèce de petit passereau de la même famille que les pipits et la sentinelle. Cette espèce niche dans la plus grande partie de l' Europe et de l' Asie, ainsi que dans certaines parties de l' Afrique du Nord.

Elle est sédentaire dans la partie la plus douce de son habitat et migre vers le sud dans les autres cas. Autrefois, elle était également appelée « lavandière ».

Elle est considérée comme un emblème national en Lettonie

LA BERGERONNETTE GRISE.
LA BERGERONNETTE GRISE.

Publié dans Les oiseaux

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Publié le par André MARINI

Véritable réserve ornithologique, la baie de Somme offre, en toute saison, un spectacle sans cesse renouvelé où se côtoient de nombreuses espèces.

En voici un échantillon pour un premier article.

D'autres suivront avec quelques oiseaux dont la présence est inattendue en cette période et à cet endroit.

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.
MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Bécassines des marais en pleine recherche alors que l'on voit, au loin, la mer monter jusqu'à recouvrir la baie.

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.
MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Aigrette garzette dans la brume montante, au milieu des mouettes.

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.
MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Huîtrier-pie, entre deux avocettes sur la première photo.

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.
MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Oie cendrée et avocette.

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Tadorne de Belon.

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.
MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Cette photo est assez particulière: Au centre, on distingue trois barges rousses alors qu'elles sont normalement déjà parties. Ces retardataires ne remonteront pas pour nicher parce que les amateurs, un peu connaisseurs, pourraient supposer qu'il s'agit de deux mâles et d'une femelle, plus claire.

En fait et après avoir cherché avec nos compagnons de la LPO, il s'agit de trois mâles, le plus clair étant en mue pour prendre son plumage nuptial.

Les couples ne sont pas formés pour ces oiseaux qui n'ont pas trouvé de compagne...A moins qu'il ne s'agisse d'un "mariage pour tous".

MAI 2013. VOYAGE EN BAIE DE SOMME.

Publié dans Les oiseaux

LA PATIENCE DU HERON CENDRE.

Publié le par André MARINI

Il va, il vient, d'un côté puis de l'autre, avec une lenteur calculée, à la recherche d'une proie à sa convenance.

LA PATIENCE DU HERON CENDRE.LA PATIENCE DU HERON CENDRE.

Puis, soudain, il se fige comme une statue de sel, le cou comme un ressort qu'il détend vers l'eau.

LA PATIENCE DU HERON CENDRE.
LA PATIENCE DU HERON CENDRE.

Il tient une proie à sa mesure et n'a pas l'intention de la lâcher.

LA PATIENCE DU HERON CENDRE.LA PATIENCE DU HERON CENDRE.

Un crapaud peut faire l'affaire.

LA PATIENCE DU HERON CENDRE.

Publié dans Les oiseaux

AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.

Publié le par André MARINI

Attaqué par une avocette, est-ce un privilège ?

En tous cas c'est ce qui m'est arrivé. Sans doute me suis-je approché trop près de son lieu de nidification mais au-delà de l'anecdote, cela m'a permis de faire de très belles photos.

Après m'avoir observé, elle prend son envolAprès m'avoir observé, elle prend son envol
Après m'avoir observé, elle prend son envolAprès m'avoir observé, elle prend son envol

Après m'avoir observé, elle prend son envol

Et c'est l'attaque.
Et c'est l'attaque.
Et c'est l'attaque.
Et c'est l'attaque.

Et c'est l'attaque.

AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.
AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.

Puis elle renonce, sous l'oeil ébahi d'un paludier. Quant à moi, ma casquette est par-terre, mes lunettes sont tordues et je saigne d'une oreille.

Quel accueil pour les touristes !

AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.
AVOCETTE DANS LES MARAIS DE GUERANDE.

Publié dans Les oiseaux

FAUVETTE A TETE NOIRE

Publié le par André MARINI

Identification :


Le mâle a une calotte noire luisante, le dessus grisâtre, les côtés de la tête et le dessous gris cendré. La femelle a la calotte brun-roux. Les jeunes ressemblent aux femelles mais ils ont une calotte plus terne et plus brune.

Chant : Elle émet des cris de contact secs et courts, et un chant clair et flûté comme celui de la fauvette des jardins en plus mélodieux et aux notes plus liées. Son chant peut comporter des imitations d'autres passereaux.

Habitat : On peut rencontrer la fauvette à tête noire dans les sous-bois, les taillis, les haies, les parcs et les jardins, ainsi que les buissons avec arbres.

FAUVETTE A TETE NOIRE
FAUVETTE A TETE NOIRE
Voici une jolie fauvette femelle. On remarque qu'effectivement, la tête est brun roux et non noire comme chez le mâle

Voici une jolie fauvette femelle. On remarque qu'effectivement, la tête est brun roux et non noire comme chez le mâle

Publié dans Les oiseaux

LES HABITANTS AILES DE LA PLAINE DE SORQUES EN SEINE-ET-MARNE.

Publié le par André MARINI


Service offert par Quizz.biz
 

Publié dans Les oiseaux

LE HERON ET LE VANNEAU. Presqu'une fable.

Publié le par André MARINI

L'autre jour, au fond d'un vallon,

Un vanneau attaqua un héron.

Que croyez-vous qu'il arriva ?

Ce fut le héron qui fila !

LE HERON ET LE VANNEAU. Presqu'une fable.
LE HERON ET LE VANNEAU. Presqu'une fable.

Je ne suis pas intervenu puisque tout ceci se déroulait à plus de 700 mètres et que l'eau n'est pas chaude en ce moment.

Je zoome, je zoome et je zoome encore mais qu'ils sont loin !
Je zoome, je zoome et je zoome encore mais qu'ils sont loin !

Je zoome, je zoome et je zoome encore mais qu'ils sont loin !

Publié dans Les oiseaux

ATTERRISSAGE REUSSI MAIS PEU DISCRET. 

Publié le par André MARINI

Il faut ce qu'il faut !

Quand on se pose, on fait comme on peut, et tout y passe: Les pattes, les ailes. Et à l'envol, c'est pire.

Si l'oiseau est commun, les phases du posé le sont moins. Il faut tomber dessus.
Si l'oiseau est commun, les phases du posé le sont moins. Il faut tomber dessus.
Si l'oiseau est commun, les phases du posé le sont moins. Il faut tomber dessus.

Si l'oiseau est commun, les phases du posé le sont moins. Il faut tomber dessus.

Publié dans Les oiseaux

La nature est le seul véritable héritage que nous pourrons léguer aux générations futures.

Publié le par André MARINI

Mais pouvons-nous être fiers de ce que nous en avons fait ? En fait d'héritage, comme parfois en famille, nous ne léguons que des dettes.

La nature est le seul véritable héritage que nous pourrons léguer aux générations futures.

Envol de 1600 grues, sans doute sur un signal qu'elles seules comprennent.

Elles montent, montent, montent encore puis forment les vols qui prennent la direction de l'étape suivante sous la conduite des plus expérimentées qui se relaient en tête.

Les jeunes, facilement reconnaissables à leur plumage, restent en arrière mais malheur à celui qui décroche. Le vol ne l'attendra pas !

IL S'AGIT D'UN DIAPORAMA....OU D'UN SLIDE, A VOTRE CHOIX, ALORS...

...LAISSEZ DEFILER

1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.
1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.

1600 grues rassemblées à la "Ferme aux grues" près du lac du Der.

Publié dans Les oiseaux

LES HOTES AILES DE LA RESERVE NATURELLE DE LA PLAINE DE SORQUES.

Publié le par André MARINI

Cygne tuberculé et martin-pêcheur.Cygne tuberculé et martin-pêcheur.

Cygne tuberculé et martin-pêcheur.

Foulque macroule et bécassine des marais.Foulque macroule et bécassine des marais.

Foulque macroule et bécassine des marais.

Verdier, grèbe huppé, canard souchet parfaitement reconnaissable à son bec puis mésange bleue. Verdier, grèbe huppé, canard souchet parfaitement reconnaissable à son bec puis mésange bleue.
Verdier, grèbe huppé, canard souchet parfaitement reconnaissable à son bec puis mésange bleue. Verdier, grèbe huppé, canard souchet parfaitement reconnaissable à son bec puis mésange bleue.

Verdier, grèbe huppé, canard souchet parfaitement reconnaissable à son bec puis mésange bleue.

Canard fuligule morillon et canard colvert mâles. Canard fuligule morillon et canard colvert mâles.

Canard fuligule morillon et canard colvert mâles.

Oie bernache du Canada, reconnaissable à son croissant blanc sous le cou.

Oie bernache du Canada, reconnaissable à son croissant blanc sous le cou.

Mésange charbonnière et chardonneret.
Mésange charbonnière et chardonneret.

Mésange charbonnière et chardonneret.

LES HONNEURS DE LA FIN A L'INCONTOURNABLE HERON CENDRE.

LES HONNEURS DE LA FIN A L'INCONTOURNABLE HERON CENDRE.

Mais il n'y a pas que des oiseaux, surtout en cette période.

Abeille en plein travail. Regardons-la de plus près.

Abeille en plein travail. Regardons-la de plus près.

La voici, peignant le pollen des fleurs pour le stocker dans ses corbeilles. Après le plein, c'est le retour vers la colonie pour transmettre l'information aux autres grâce à ses antennes.

(Trilogie de Maurice MAETERLINCK "La vie des abeilles")

Photos CANON EOS 600 Objectif 500 muni d'un doubleur Sigma AF

LES HOTES AILES DE LA RESERVE NATURELLE DE LA PLAINE DE SORQUES.

Publié dans Les oiseaux

<< < 1 2 3 4 5