113 articles avec les oiseaux

J'AI RAPPORTE L'IBIS SACRE POUR VOUS, MAIS EST-CE UNE ESPECE INVASIVE ?

Publié le par André MARINI

L'Ibis sacré (Threskiornis aethiopicus) est une espèce d'oiseau de la famille des Threskiornthidae qui comprend les ibis et les spatules

Il vit en Afrique sub-saharienne, en Irak et autrefois en Egypte, où il était vénéré et souvent momifié comme symbole du dieu Thot.

Pour les Egyptiens, il était le symbole du savoir et de la religion.

J'AI RAPPORTE L'IBIS SACRE POUR VOUS, MAIS EST-CE UNE ESPECE INVASIVE ?

Il a été introduit involontairement en France depuis le début des années 1990 à partir du parc de Branféré, dans le Morbihan.

Des populations férales, issues d'échappés de captivité, de cet oiseau sont présentes en Bretagne, notamment dans le golfe du Morbihan, en Ille et -vilaine, dans l'estuaire de la Loire et les marais de Guérande et sur l'Ile de Ré.

Des oiseaux sont également observés dans l'estuaire de la Gironde et aussi dans l'Aude.

J'AI RAPPORTE L'IBIS SACRE POUR VOUS, MAIS EST-CE UNE ESPECE INVASIVE ?

Description

L'ibis sacré est un oiseau de taille moyenne, de 65 à 75 cm, d'une envergure de 112 à 124 cm et d'une masse allant de 1 250 à 1 500 g.

Son plumage est blanc, à l'exception de l'extrémité des ailes et du bas du dos, de couleur noire.

Sa tête nue est également noire.

Ses pattes sont palmées.

Il possède un long bec recourbé très caractéristique.

Le dimorphisme sexuel est absent.

En revanche, les jeunes sont très facilement reconnaissables par la présence de plumes sur la tête et le cou qu'ils perdront vers l'âge de deux ou trois ans.

J'AI RAPPORTE L'IBIS SACRE POUR VOUS, MAIS EST-CE UNE ESPECE INVASIVE ?

Espèce invasive ?

Cette espèce se serait échappée du Parc de Branféré. 

Une autre population commence à se développer sur le pourtour méditerranéen, notamment en Camargue.

Plusieurs cas de prédation par les Ibis ont été observés sur des colonies d'autres espèces, notamment Sterne et Guifette noire.

Dans certaines colonies, un grand nombre de pontes ont été ainsi détruites.

Les Ibis attrapent également les poussins.

J'AI RAPPORTE L'IBIS SACRE POUR VOUS, MAIS EST-CE UNE ESPECE INVASIVE ?

Les gestionnaires d’espaces protégés (SEPNB, LPO, PNR, ONCFS...) s'accordent aujourd'hui pour « considérer que l’expansion de cette espèce introduite pose un problème de conservation du patrimoine naturel », et qu’une intervention est nécessaire. La prolifération des espèces exotiques envahissantes représente aujourd'hui la seconde cause mondiale de perte de biodiversité après la destruction des habitats.

Une campagne de régulation a été lancée en Loire-Atlantique et dans le Morbihan.

Mais en 2013 une étude du CNRS, de l'Unité de recherches Ecobio de Rennes, montre que non seulement l'ibis sacré n'est pas une menace pour d'autres espèces, mais qu'elle favorise certaines espèces comme la spatule blanche et la limitation du développement de l'écrevisse de Louisiane, une espèce considérée comme invasive. 

Cette étude démontre que la campagne d'éradication des ibis sacrés est infondée.

J'AI RAPPORTE L'IBIS SACRE POUR VOUS, MAIS EST-CE UNE ESPECE INVASIVE ?

Toutes les photos des articles sont réalisées avec un Panasonic Lumix F 28, objectif Leica 25-600 mm ou avec un Canon EOS 600 D objectif Sigma 500 mm avec multiplicateur de focale de 1.4.

Publié dans Les oiseaux

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Publié le par André MARINI

Goéland est un terme générique désignant une trentaine d' espèces d'oiseaux marins de la famille des laridés appartenant au genre larus, comprenant également des mouettes.

Sur les côtes européennes, l'espèce la plus commune est le goéland argenté dont les populations sont en régression depuis la fermeture progressive des décharges à ciel ouvert.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Désignation et étymologie

En réalité, il n'y a guère que la langue française pour faire cette distinction de nomenclature entre « mouettes » et « goélands ».

Pour simplifier, dans la nomenclature, un goéland est une grosse mouette, et inversement.

L'opinion la plus communément admise est que le français goéland est un emprunt au breton gwelan ou gouelañ qui désigne effectivement les goélands et signifie « pleurer ». Ce qui décrit précisément le chant de cet oiseau.

Description

Ce sont des oiseaux de taille moyenne ou grande, généralement gris ou blancs, avec souvent des marques noires sur la tête ou les ailes. Ils ont un bec long et épais, des pieds palmés.

A l'inverse des mouettes, ils ne plongent pas.

Les pattes sont de couleur verte, jaune, rose ou rouge.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Les juvéniles ou immatures, souvent nommés "grisards", ont un plumage mêlant le brun, le beige, le gris et le blanc.

Ils mettent de deux à quatre ans pour acquérir, progressivement, le plumage adulte complet.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Alimentation

La plupart des goélands sont omnivores, se nourrissant d'animaux et parfois de charognes.

Certaines espèces de Goélands sont capables de digérer des os de taille considérable.

GOELAND BRUN

La deuxième espèce est le goéland brun qui s'aventure peu à l'intérieur des terres et se distingue par une bande alaire beaucoup plus sombre.

On le confond souvent avec le goéland marin, ou grand goéland qui ne s'éloigne jamais beaucoup des zones de reproduction et dont la taille est nettement plus importante.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.
LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Toutes ces espèces cohabitent, même avec les mouettes rieuses.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.
LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Le bec, jaune, est orné d'une tache rougeâtre destinée à guider les petits vers la nourriture.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.
LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

En vol, ces oiseaux de grande envergure, savent très bien utiliser les courants d'air marins et planent sans effort.

Le ballet des goélands est un grand spectacle, surtout lorsqu'ils sont nombreux.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Dans les marais de Guérande, on trouve aussi des goélands entièrement blancs.

D' après les baguages effectués sur ces oiseaux, il semble qu'ils proviennent du Puy du Fou.

LES GOELANDS DE BRETAGNE...ET D'AILLEURS.

Publié dans Les oiseaux

COUVEE AU BORD DE L' EAU

Publié le par André MARINI

Si près du bord, cela ne peut être qu'un canard nicheur, sans doute une canne colvert.

COUVEE AU BORD DE L' EAU

Quelle aubaine ! Mais pas question d'écarter les branches et les herbes pour le découvrir.

Donc, je zoome.

COUVEE AU BORD DE L' EAU

Et je zoome encore.

COUVEE AU BORD DE L' EAU

Il y a 8 oeufs et ce sont des oeufs de colvert.

Le Canard colvert, Colvert, Canard mallard au Canada ou Canard français (Anas platyrhynchos), est une espèce d'oiseau de l'ordre des ansériformes, de la famille des anatidés. C'est certainement le plus connu et reconnaissable de tous les canards du fait de l'existence de races domestiques issues de cette espèce.

La ponte peut avoir lieu dès février, notamment chez les sédentaires, et jusqu'en juillet, en fonction de la latitude.

Le nid des colverts est rudimentaire et le choix du lieu sans sophistication.

Il peut utiliser le sol nu ou des arbres creux.

Il est fait de brindilles et de duvet que la femelle arrache d'une zone particulière de son poitrail.

Le nombre d' oeufs varie de 5 à 15 mais les pontes les plus importantes (jusqu'à 18) sont considérées comme appartenant à deux femelles.

Seule la femelle couve, pendant environ 28 jours.

COUVEE AU BORD DE L' EAU

En effet, le plumage de la femelle lui permet de passer inaperçue au milieu de la végétation. Si le mâle aidait à la couvaison, le nid serait facilement repéré par les prédateurs et détruit. Ses principaux prédateurs sont l'homme et les petits carnassiers comme le renard, la martre ou encore la loutre.

COUVEE AU BORD DE L' EAU

Après l'éclosion, c'est encore la femelle seule qui s'occupe des canetons.

Elle les mène au plan d'eau le plus proche et leur apprend à nager et à se nourrir jusqu'à ce qu'ils soient en âge de voler (7 semaines environ).

Ils quittent ensuite le nid.

Les canetons pourront se reproduire dès l'année suivante.

Publié dans Les oiseaux

LA FOULQUE MACROULE

Publié le par André MARINI

LA FOULQUE MACROULE

La Foulque macroule (Fulica atra) autrefois aussi nommée« Morelle » selon BUFFON, en raison de sa couleur noire, fait partie des rallidae: foulques, râles, et marouettes.

Les foulques, excellents plongeurs, représentent parmi les membres de cette famille ceux qui semblent les plus adaptés à la vie aquatique.

Ils sont grégaires sur les étendues d'eau en hiver. Migrateurs partiels, au vol d'apparence laborieuse, ils nichent dans les roselières et parmi les plantes palustres.

Comme la poule d'eau, qui occupe la même niche écologique et avec laquelle il cohabite souvent dans les zones humides anthropisées, c'est un oiseau qui, là où il n'est pas chassé, peut devenir très familier de l'homme.

On peut alors l'observer se nourrir sans qu'il ne soit effarouché. Il peut nicher près des habitations, voire dans les ports.

LA FOULQUE MACROULE

C'est un palmipède au corps arrondi, la plupart des spécimens arborant un plumage presque entièrement noir.

La foulque - souvent confondue avec la poule d'eau un peu plus petite à l'âge adulte - s'en distingue par ses pattes verdâtres aux longs doigts palmés, un bec blanc surmonté d'une plaque frontale (ou écusson) également blanche, des yeux ronds et rouges et des rémiges secondaires bordées de blanc.

Elle plonge souvent et habilement pour chercher sa nourriture et nage lentement, avec un hochement caractéristique de la tête. Elle défend son territoire et en chasse les intrus.

Chant : plutôt de nuit ou lors de ses vols au printemps ; son répertoire inclut une sorte de bref éternuement.

Alimentation : Son régime est omnivore à forte tendance végétarienne.

Elle va chercher sa nourriture jusqu'à 2, voire 4 à 5 m de profondeur.

LA FOULQUE MACROULE

Habitat, répartition

Cet oiseau vit et niche dans les berges de cours d'eau et dans presque tous les types de zones humides (hors tourbières acides). On le trouve occasionnellement sur des eaux saumâtres ou salées (baies de faible profondeur). Très cosmopolite, il est présent en Asie, Europe, Afrique du Nord, Océanie et Amérique du Nord.

Ses deux plus importants sites d'hivernage en France demeurent la Cmargue et le Lac du Bourget (un peu plus 10 000 foulques y sont recensées chaque année).

LA FOULQUE MACROULE

Reproduction

Comme la poule d'eau, la foulque construit généralement un nid de branchages et matières végétales, posé sur une souche ou des végétaux à la surface de l'eau, souvent à faible profondeur et bien visible.

Le nid peut être renforcé et surélevé si l'eau ne monte pas trop rapidement.

La femelle pond de 5 à 9 œufs blanc cassé brillant légèrement mouchetés (plus volumineux et plus clairs que ceux de la poule d'eau).

L'incubation dure un peu plus de 21 jours et les poussins sortent souvent de l'oeuf sur plusieurs jours, fin avril pour les premières portées (d'autres pouvant suivre en cas de perte des petits)- jusqu'en fin juillet.

Les jeunes quittent le nid après quelques jours, encadrés en sous-groupes par les deux parents.

La femelle niche avec une moitié de la portée alors que le mâle construit une nouvelle plate-forme pour les poussins qu'il élève. Les jeunes mangent de manière autonome après 4 semaines.

Il leur faut encore 4 semaines avant de pouvoir voler. Les jeunes ont une tête et un bec rouge à la naissance.

LA FOULQUE MACROULE

Publié dans Les oiseaux

ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.

Publié le par André MARINI

Canard en vol préparant son amerrissage.

Il suffit de laisser défiler les images sous forme de diaporama pour voir toutes les phases de cet amerrissage réussi.

Regardez la position des ailes et des pattes pour comprendre la technique. Nous n'avons rien inventé !

ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.

Publié dans Les oiseaux

CONNAITRE LA POSITION DES AILES DU CYGNE TUBERCULE EN COLERE.

Publié le par André MARINI

Le cygne tuberculé est agressif envers les intrus sur son territoire. Il montre son agressivité en battant des ailes et en frappant l'eau avec ses pieds palmés, ce qui produit un son pouvant s'entendre à plusieurs centaines de mètres.

Lors des confrontations, l'adulte poursuit son rival avec la tête et le cou posés sur le corps, les ailes relevées et le bec pointé vers l'avant et près du cou. Cette posture est caractéristique des interactions agressives chez le cygne tuberculé.

CONNAITRE LA POSITION DES AILES DU CYGNE TUBERCULE EN COLERE.
CONNAITRE LA POSITION DES AILES DU CYGNE TUBERCULE EN COLERE.

Les deux adversaires utilisent également leurs ailes pour se frapper, ils s'entremêlent le cou et se mordent l'un l'autre le dos et le cou. Le mâle dominant peut monter sur son rival, utiliser ses pattes et son cou pour pousser l'autre cygne sous l'eau jusqu'à ce que celui-ci abandonne le combat ou se noie.

Publié dans Les oiseaux

Lever des Grues cendrées du 09 mars 2014 par Antoine CUBAIXO.

Publié le par André MARINI

Il y a une semaine, le dimanche 09 mars 2014, une énorme vague de migration de plus de 57 500 Grues cendrées (Grus grus) transite par le Lac du Der en Champagne.

 

Voici la vidéo du départ du dortoir principal, le Lac du Der c’est 77 Km de rives, 33 800 Grues cendrées (Grus grus) sont passées dans un unique couloir d’environ 1 km de large et ont quitté le Lac du Der en 30 minutes environ.

Encore une fois, il fallait être « Au bon endroit, au bon moment ».

J’ai volontairement coupé peu de « rush » afin de vous faire vivre cette ambiance exceptionnelle au plus près des émotions ressenties ce jour là.

Dates, thèmes et horaires des visites ornithologiques guidées par Antoine CUBAIXO.

-Tel: Téléphonez au 06 09 79 00 37 pour plus d'infos.

-Email: Envoyez un mail à antoine.cubaixo1@gmail.com pour plus d'infos.

-Ou cliquez sur la photo ci-dessous.

Publié dans Les oiseaux

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Publié le par André MARINI

Nous conversions aimablement entre deux parties de pêche.

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Que se passe-t-il ? Un intrus qui cherche à s'accaparer ma belle lors de ma prochaine plongée ?

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Attends un peu ! Tu vas voir de quel bois je me chauffe !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Dépité, le coureur de jupons doit battre en retraite !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

VICTOIRE !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Viens ma belle ! Je suis le plus fort !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Et maintenant, retourne au travail !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Publié dans Les oiseaux

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Publié le par André MARINI

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Identification

C'est un petit de 40 à 47 cm de long avec une envergure de 67 à 72 cm, pesant entre 550 et 900 g, donc un peu plus petit qu'un fuligule milouin.

Le mâle a un plumage noir brillant et des flancs blancs, ainsi qu'une fine huppe noire de 5 cm et retombante. La femelle est uniformément brune (parfois avec un anneau blanchâtre autour du bec) avec une huppe plus courte. En vol, cette espèce est reconnaissable grâce à une barre alaire blanche.

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.
PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Aire de répartition

Il se rencontre dans toute l'Europe et une partie de l'ouest de l'Asie.

C'est principalement un migrateur qui passe l'hiver dans le sud et l'été au nord et au centre de l'Europe (îles britanniques, Islande, Scandinavie)

Habitat

Le fuligule morillon fréquente les eaux libres ainsi que les rivières larges.

Comportement

C'est un oiseau grégaire, qui forme de larges bandes en hiver.

Il vit avec d'autres canards plongeurs, notamment les fuligules milouins et les foulques. Bon plongeur, il peut descendre jusqu'à plusieurs mètres de profondeur.

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Régime alimentaire

Il se nourrit principalement en plongeant d'insectes, de mollusques, de têtards, de petites grenouilles, de petits poissons, de crustacés et de végétation aquatique.

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Reproduction

La femelle pond une couvée par an de 8 à 11 œufs entre mars et mai. Le nid est au sol, près de l'eau bien caché. Il est fait d'herbes, de jonc et de duvet de la femelle.

Publié dans Les oiseaux

OIE BERNACHE DU CANADA.

Publié le par André MARINI

OIE BERNACHE DU CANADA.

La Bernache du Canada (Branta canadensis) est une espèce de grand oiseau de la famille des anatidés.

Elle est la plus grande des bernaches, ou oie noire.

Au Canada, elle est habituellement appelée outarde

OIE BERNACHE DU CANADA.
OIE BERNACHE DU CANADA.

Morphologie

Le cou, le bec et la tête sont entièrement noirs hormis les joues et la gorge qui sont blanches.

La queue est noire, le croupion et le bas-ventre blancs, le reste du corps brun-gris avec des liserés plus clairs.

OIE BERNACHE DU CANADA.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire de la bernache du Canada est végétarien : plantes aquatiques, céréales, graminées.

OIE BERNACHE DU CANADA.
OIE BERNACHE DU CANADA.

Comportement reproducteur

La bernache du Canada se trouve un compagnon ou une compagne (pour s’accoupler) au cours de la deuxième année de sa vie.

Le couple construit souvent le nid à même le sol, près de l'eau, de préférence sur un îlot.

Il est fait d'une couche plus ou moins épaisse de branchettes ou d'autres matières végétales trouvées dans les environs et il est aussi tapissé de duvet. 

La couvée compte habituellement de cinq à sept œufs.

La femelle couve ses œufs de 25 à 28 jours, tandis que son compagnon assure la garde à proximité.

Parfois, le mâle se tient à plusieurs centaines de mètres du nid, mais il est toujours vigilant et retourne au nid dès que celui-ci est menacé ou si la femelle doit s’en éloigner.

Pendant la période de couvaison, la femelle ne quitte le nid chaque jour que pendant de brefs moments, pour aller se nourrir, boire et se laver.

Peu de temps après l’éclosion des œufs, les familles quittent leur nid et parcourent parfois plusieurs kilomètres en quelques jours en marchant pour atteindre leur site d’élevage des couvées.

Dès qu’ils quittent le nid, les oisons se nourrissent de graminées dans les prés et le long des rivages.

Six à neuf semaines après l’éclosion, selon la race, les oiseaux seront prêts à s’envoler en famille.

À ce moment-là, il n'y aura environ que la moitié des oisons qui auront survécu.

OIE BERNACHE DU CANADA.

Un couple de bernaches restera ensemble pour la vie.

Cependant, contrairement à la croyance populaire, si un des partenaires est tué, il est possible que l’autre se trouve un nouveau compagnon.

En automne, les oiseaux juvéniles volent avec leurs parents et ne s'en séparent qu'à leur retour dans la zone de nidification, le printemps suivant.

Publié dans Les oiseaux

Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )

Publié le par André MARINI

Il y a actuellement 3 Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla ) au Lac du Der, 2 adultes, probablement un couple et 1 immature.

Remerciements à François Cuvelier et à Antoine Cubaixo pour les photos de ce magnifique oiseau prises le dimanche 23/02/2014.

C'est tout simplement grandiose et je rejoins Antoine en m'associant aux remerciements adressés à François Cuvelier.

Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )
Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )
Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )
Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )

Publié dans Les oiseaux

OBSERVATIONS RECENTES AU LAC DU DER PAR ANTOINE CUBAIXO.

Publié le par André MARINI

Depuis plusieurs mois, le Lac du Der me manque !

Heureusement Antoine est là, toujours aussi passionné et c'est grâce à lui que je peux patienter jusqu'à la migration de printemps qui vient de débuter.

Encore quelques jours de patience.

Grues cendrées en hivernage en janvier 2014 

Vidéo prise par Antoine Cubaixo

+33 (0)6 09 79 00 37

Site Internet personnel Chaîne Youtube

Dernières observations, en nombre, le 18 février 2014.

Plongeon à bec blanc                 Gavia adamsii                            1

Pygargue à queue blanche      Haliaeetus albicilla                      1

Plongeon imbrin                            Gavia immer                             3

Oie des moissons                         Anser fabalis                             7

Pluvier doré                               Pluvialis apricaria                  5.000

Canard pilet                                      Anas acuta                              2

Garrot à oeil d’or                        Bucephala clangula                    26

Harle bièvre                                Mergus merganser                    20

Combattant varié                       Philomachus pugnax                    2

Bécasseau variable                      Calidris alpina                            1

Grue cendrée                                  Grus grus                           1.120

Nette rousse                                   Netta rufina                               8

Aigrette garzette                         Egretta garzetta                           2

Et, bien entendu, la superbe et incontournable grue cendrée.

OBSERVATIONS RECENTES AU LAC DU DER PAR ANTOINE CUBAIXO.

Publié dans Les oiseaux

L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.

Publié le par André MARINI

En fait, le coureur, c'est moi parce que si j'ai voulu immortaliser la femelle et ses jeunes, je n'avais pas vu le mâle qui n'a pas hésité une seconde à m'attaquer violemment.

Après être tombé en arrière et avoir repris mes esprits, j'ai pu offrir à cette douce famille les honneurs de la photo.

Forêt de Compiègne, entre Compiègne et Pierrefonds.

L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.
L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.
L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.
L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.

Publié dans Les oiseaux

LE LAC DU DER RESERVE TANT DE SPECTACLES UNIQUES A QUI SAIT LES ATTENDRE.

Publié le par André MARINI

Le Plongeon à bec blanc (Gavia adamsii), aussi appelé Plongeon à bec jaune est le plus grand des gaviidés, bien qu’il ne soit que légèrement plus grand que le Plongeon huard, avec lequel il est souvent confondu.

LE LAC DU DER RESERVE TANT DE SPECTACLES UNIQUES A QUI SAIT LES ATTENDRE.
LE LAC DU DER RESERVE TANT DE SPECTACLES UNIQUES A QUI SAIT LES ATTENDRE.

"Plongeon huard", encore appelé "plongeon imbrin".
Son bec gris noir à pointe blanchâtre assez fort, en forme de poignard, le distingue du Plongeon à bec blanc.

Le plongeon à bec blanc est placé dans la catégorie "préoccupation mineure", puisqu'on estime sa population mondiale comprise entre 22.000 et 25.000 individus.

La population européenne est estimée à seulement 500 individus hivernants.

 

Sa présence sur le Lac du Der, en Champagne-Ardenne, est, de ce fait, d'autant plus exceptionnelle et a pu être filmée le 17 décembre 2013.

La longueur varie de 77 à 90 cm, avec une envergure considérable comprise entre 135 à 150 cm.

Les adultes nicheurs ont la tête noire, le ventre blanc et le dos orné d’un dessin en damier noir et blanc.

les yeux sont rouges et le bec blanc jaunâtre tenu au-dessus de l’horizontale.

A ne surtout pas manquer, le blog de Jean CHEVALLIER !

http://jeanchevallier.jimdo.com/blog/

Après l'espèce rare, voici le spectacle rare:

 

LE LEVER DE MILLIERS DE GRUES CENDREES QUITTANT LE LIEU DE REPOS POUR SE NOURRIR DANS LES CHAMPS VOISINS.

 

43 033 Grues cendrées (Grus grus) au Lac du Der (Record absolu pour une 2ème décade de décembre).

Plus de 43 000 Grues cendrées sont actuellement en "hivernage" sur le site, c'est même un record pour une mi-décembre, donc cela mérite d'être vu, même bien au chaud devant son écran.
Antoine CUBAIXO

Pour voir et....entendre...cette vidéo exceptionelle, cliquez sur la photo de Antoine CUBAIXO, mettez votre lecteur en plein écran et laissez dérouler jusqu'au bout: Le spectacle est croissant en intensité.

 

Surtout, montez le son parce que ce spectacle n'est pas seulement visuel !

MAIS POUR ETRE AU BON ENDROIT AU BON MOMENT LORS DES VISITES ORNITHOLOGIQUES GUIDEES, TELEPHONEZ AU 06.09.79.00.37.

 

ou envoyez un e-mail à antoine.cubaixo1@gmail.com pour plus d'infos.

 

ou allez sur le site, cliquez sur le lien du thême qui vous intéresse pour plus d'informations ou pour une réservation.

 

Le seul risque que vous prenez est d'y retourner souvent.

Publié dans Les oiseaux

JOYEUX MELANGE MAIS CHACUN CHEZ SOI.

Publié le par André MARINI

Grues cendrées, cygnes tuberculés au fond et grandes aigrettes au premier plan se côtoient mais ce calme apparent peut, soudain, être interrompu par une dispute où les cris se mêlent.

JOYEUX MELANGE MAIS CHACUN CHEZ SOI.
JOYEUX MELANGE MAIS CHACUN CHEZ SOI.
JOYEUX MELANGE MAIS CHACUN CHEZ SOI.
JOYEUX MELANGE MAIS CHACUN CHEZ SOI.
JOYEUX MELANGE MAIS CHACUN CHEZ SOI.

Publié dans Les oiseaux

ANATIDE PLACE SOUS BONNE GARDE.

Publié le par André MARINI

C'est sans doute un pur hasard de rencontre mais cette oie cendrée, au premier plan, semble veiller sur le repos de ce canard somnolant.

Comme le zoom 500 mm permet de l'identifier, je vous en laisse le soin.

-Je suis un canard de surface aux couleurs ternes avec un croupion noir et le ventre blanc.

-Je porte un miroir alaire blanc bordé de noir et de roux que l'on peut observer aussi bien en vol qu'au repos.

-Mon bec est gris.

 

QUI SUIS-JE ?

ANATIDE PLACE SOUS BONNE GARDE.
ANATIDE PLACE SOUS BONNE GARDE.

Pour vous aider, reportez-vous à ce site exceptionnel qui m'a séduit et auquel vous ne pourrez pas rester indifférent mais qui me permet de mesurer le chemin qui me reste à parcourir.

 (Photo J-M Lecat)

(Photo J-M Lecat)

LES OISEAUX DE LA BAIE DE SOMME

 

Dans les pages qui suivent, vous trouverez au fur et à mesure du temps des clichés des différentes espèces d'oiseaux qui fréquentent la baie de Somme et les marais arrière littoraux. Les photos de limicoles sont prises lors de sorties au hutteau. Pour les autres espèces, de photos d'oiseaux prises à l'affut ou à la billebaude lors de sorties nature ou de traversées de la baie de Somme

 

Promenades et randonnées en Baie de Somme avec un guide ornithologique.

www.baiedesommeautrement.net/photos-d-oiseaux-de-la-baie-de-somme

Pour tout renseignement que vous ne trouvez pas sur ce site:

Jean-Michel LECAT

Le Marais de Laviers

Chemin rural 80132 GRAND LAVIERS

Tel : 00 33 (0)3 22 31 42 41 GSM : 00 33 (0)6 35 38 06 61

Publié dans Les oiseaux

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

Publié le par André MARINI

Bien qu'elle soit très commune, la mouette rieuse est un superbe oiseau, de plus en plus présent à l'intérieur des terres.

En période nuptiale, la mouette rieuse a un capuchon brun-chocolat qui s'étend jusqu'à l'arrière de la partie auriculaire, et des croissants blancs autour de l'œil.

Pendant cette période, l'adulte a le dos et le dessus des ailes gris clair.

Les primaires externes sont blanches avec les extrémités noires.

Le bord d'attaque est d'un blanc pur, mais il devient noir vers les primaires les plus externes.

Les parties inférieures sont blanches, parfois teintées de rose sur la poitrine au printemps. La queue est blanche.
Le bec, les pattes et les doigts sont rouge noirâtre.

Les yeux sont foncés.

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

L'adulte en plumage d'hiver a des taches sombres nettes en arrière des yeux.

Le capuchon sombre disparaît après la saison nuptiale.

On peut voir deux barres noires indistinctes en travers de la calotte. Le bec est rouge avec l'extrémité noire ainsi que les pattes et les doigts.

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

Cet oiseau est un remarquable pêcheur qui, comme le sterne, plonge pour capturer ses proies.

Lorsque survient un banc de poissonnets, le ballet est de toute beauté et l'on peut remarquer la qualité de plongeur de la mouette, plongeons entrecoupés de cris et de disputes.

LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.
LE BALLET DES MOUETTES RIEUSES.

Publié dans Les oiseaux

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Publié le par André MARINI

Le Grand Harle ou Harle Bièvre est une espèce de canard piscivore de la famille des anatidés.

C'est un canard de 58 à 75 cm de long, de taille plus imposante que le colvert.

Le mâle possède une envergure de 82 à à 97 cm et pèse 1600 grammes contre 1300 g pour la femelle. 

Le mâle possède une tête vert foncé avec une huppe peu marquée et un long bec rouge foncé, mince et crochu.

Le cou, la poitrine et les côtés sont blancs, le dos est noir.

Les ailes sont blanches sauf aux extrémités où elles sont noires.

Le croupion et la queue sont gris.

La poitrine est teintée de rose saumon au printemps (plumage nuptial).

La femelle et les immatures ont la tête brun roux, les parties inférieures blanches et le dessus gris.

Le plumage d'éclipse du mâle rappelle celui de la femelle. Seules les petites et moyennes couvertures de l'avant de l'aile restent blanches et constituent la différence permettant de différencier les sexes.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Deux couples de harles. On distingue parfaitement le long bec recourbé.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Savoir identifier de loin une espèce fait partie du lot de l'amateur.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Le matériel permet de mieux distinguer l'oiseau en zoomant.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Encore un peu plus.

LE GRAND HARLE OU HARLE BIEVRE, UN ANATIDE DE GRANDE TAILLE.

Puis vient la digiscopie qui permet de photographier le sujet en utilisant la longue-vue KITE KSP 80 HD.

Publié dans Les oiseaux

Le lac du Der, terre des oiseaux migrateurs.

Publié le par André MARINI

Bonjour,

France 3 national a réalisé un reportage diffusé récemment dans l'émission Midi en France présentée par Laurent Boyer et consacrée aux oiseaux migrateurs du Lac du Der.

Dans le rôle principal nos majestueuses danseuses du ciel les Grues cendrées (Grus grus) et dans les rôles secondaires les nombreux oiseaux migrateurs qui sont actuellement présents sur le site.

Tout cela sous l’œil d'Antoine Cubaixo Guide ornithologue et de la "plume" d'un artiste Jean Chevallier illustrateur naturaliste.

Pour voir le reportage, cliquez-ici.

Pour vivre ces moments magiques, cliquez-ici.

A bientôt.

Antoine

Antoine Cubaixo

Un véritable amoureux de la nature, un exceptionnel ornithologue doté d'une connaissance et d'une patience à toute épreuve.

Bravo et merci, Antoine.

 

+33 (0)6 09 79 00 37

Site Internet personnel

Chaîne Youtube

Publié dans Les oiseaux

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Publié le par André MARINI

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Le vanneau huppé mesure 28 à 31 cm pour une envergure de 82 à 87 cm. Il pèse entre 128 à 330 g.

Il présente une longue huppe noire effilée caractéristique, des parties supérieures à reflets verts et des sous-caudales orange. Son ventre blanc fait ressortir la couleur rose de ses pattes, très fines et courtes. Ses ailes larges et arrondies sont sombres dessus et blanches dessous. Leur battement rapide produit un son très particulier, qui rappelle le bruit que fait le van (sorte de grand tamis) dans les mains du vanneur, d'où son nom de vanneau.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

S'il niche en colonies éparses dans les champs ou les landes de l'Europe entière, le vanneau huppé adopte un comportement plus grégaire le reste de l'année.

En hiver, on l'observe souvent en grand nombre, s'abritant au creux des sillons tracés par les machines agricoles.

Sensibles au froid, les vanneaux huppés d'Europe continentale et nordique se réunissent en troupes compactes dès la fin du mois de juillet afin de rejoindre des régions au climat plus doux. Ils migrent vers le sud et l'ouest de l'Europe.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Il est typique des terrains découverts: marais d'eau douce ou salée, vasières, prairies et champs cultivés.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Le vanneau huppé niche au sol, le plus souvent en prairie humide.

Dès la fin mars et jusqu'au mois de mai, la femelle se consacre à la couvaison.

Elle pond ses œufs (quatre généralement) dans une cavité au sol aménagée par le mâle durant la parade nuptiale. Si sa ponte est détruite, la femelle peut la renouveler jusqu'à cinq fois de suite. L'incubation peut durer près de 30 jours.

Les juvéniles quittent le nid quelques heures après leur éclosion (comportement nidifuge) et volent au bout de cinq semaines.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Et parfois, au milieu des vanneaux, un oeil averti peut reconnaître des courlis cendrés, bien plus visibles à la longue-vue ou dans l'oeilleton de l'appareil photos que sur la photo elle-même.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Ils sont à 7 ou 800 mètres mais un oeil à peine exercé les identifie sans peine et peut même les différencier du courlis Corlieu, non pas à la barre sommitale mais à la taille et à la forme du bec.

Les voici en vue rapprochée.

COMME UN VOL DE VANNEAUX HUPPES.

Publié dans Les oiseaux

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Publié le par André MARINI

On pourrait ajouter la cigogne à cette famille puisqu'on la rencontre désormais dans beaucoup de régions de France, là où elle ne séjournait pas antérieurement.

Peut-être est-ce une conséquence du réchauffement climatique.

Il faut bien qu'il y ait, au moins, quelques conséquences positives !

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Grande aigrette, à différencier de l'aigrette garzette, plus petite.

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Héron cendré, le plus grand représentant de cette famille.

NOS GRANDS ECHASSIERS.

Grue cendrée, voyageuse infatigable qui parcourt des milliers de kilomètres deux fois par an.
Toutefois, certains individus ont désormais tendance à se sédentariser.

APPEL A MES CONFRERES

Je souhaite passer à la digiscopie...mais je souhaite avoir un guide ou un conseiller pour l'adaptateur "Kite" et pour l'APN.

"Commentaire" ou "contact" sont à votre disposition.

Publié dans Les oiseaux

Les reconnaissez-vous ?

Publié le par André MARINI

De près ou de loin, quelle que soit la luminosité, l'heure du jour ou la position du soleil , identifier des oiseaux n'est pas toujours chose facile.

A vous de vous y exercer.

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

Facile ! On poursuit ?

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

On continue !

Les reconnaissez-vous ?

Là, c'est donné.

Les reconnaissez-vous ?

Voyons maintenant.

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

Puisque vous y prenez goût !

Les reconnaissez-vous ?

Encore ?

Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?
Les reconnaissez-vous ?

Publié dans Les oiseaux

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Publié le par André MARINI

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Le Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) est un oiseau type de la famille des Alcedinidae. C' est un bon indicateur naturel de la qualité d'un milieu aquatique.

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.
LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Ses principales caractéristiques sont :

  • une livrée brillante et très colorée (bleue sur le dessus, rousse et blanche en dessous),
  • un bec long et fin,
  • un corps court et trapu,
  • une taille approximative de 16 cm et un poids, approximatif lui aussi, de 40 g.

Son bleu étincelant provient des reflets prismatiques de la lumière sur les structures minuscules de ses plumes.

Le sexe des martins-pêcheurs se différencie à la couleur du bec : presque tout noir chez le mâle ; chez la femelle, la mandibule est du même orange que les pattes.

L'oiseau, très vivace, parcourt un circuit sur son territoire en se posant sur des perchoirs qu'il connaît, bien disposés pour guetter ses proies. Si sa position est assez haute, il plonge en flèche directement, et ressort aussi rapidement de l'eau grâce à la poussée d'Archimède résultant de l'air emprisonné sous son plumage. S'il part d'un support trop proche de la surface, il doit d'abord s'éjecter vers le haut avant de se retourner pour plonger. Mais il peut aussi faire de longues séquences de vol stationnaire avant de plonger. Lorsque sa tentative est récompensée, il se pose et entreprend d'assommer sa proie en la battant sur sa branche par des mouvements de tête alternés, avant de l'avaler, quand il ne va pas la porter à sa compagne (mâle en période nuptiale) ou à ses juvéniles.

LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.
LA PATIENCE DU MARTIN-PECHEUR.

Pendant la reproduction, son habitat se situe dans les pentes escarpées et meubles dans lesquelles il peut facilement creuser son terrier. Il apprécie aussi les falaises calcaires ou sédimentaires, qui se réchauffent facilement au soleil, et les abords des étendues d'eau dans lesquelles il pourra plonger pour attraper sa nourriture.

Il reste dans son territoire de prédilection tant que les eaux ne sont pas prises par les glaces, car cet oiseau craint les hivers trop rudes, et dans ce cas, il migre vers des régions plus tempérées.

Publié dans Les oiseaux

AUTOMNE 2013: Période de migration en Champagne-Ardennes.

Publié le par André MARINI

Avant que ne vienne l'avalanche de photos que j'ai prises pour vous, voici un petit quiz pour vous y préparer.


Quizz.biz : 1ère plateforme de Jeux gratuits Animaux

Publié dans Les oiseaux

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

Publié le par André MARINI

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

La Grue cendrée :


Suivez au jour le jour la migration en cours avec la halte réputée au lac du Der, région Champagne-Ardennes.

 

http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migration.htm

 

 

Mais puisque j'y étais, j'apporte ma contribution bien humble et bien modeste si l'on considère que, deux fois par an, ces magnifiques oiseaux accomplissent des milliers de kilomètres pour se rendre sur les lieux de nidification au printemps et pour redescendre vers des lieux plus hospitaliers en automne.

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.
LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.
LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

Pourquoi ne pas se faire plaisir avec un clair obscur ?

LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.
LA GRUE CENDREE: Suivez la migration en cours au jour le jour.

Publié dans Les oiseaux

<< < 1 2 3 4 5 > >>