LA FOULQUE MACROULE

Publié le par André MARINI

LA FOULQUE MACROULE

La Foulque macroule (Fulica atra) autrefois aussi nommée« Morelle » selon BUFFON, en raison de sa couleur noire, fait partie des rallidae: foulques, râles, et marouettes.

Les foulques, excellents plongeurs, représentent parmi les membres de cette famille ceux qui semblent les plus adaptés à la vie aquatique.

Ils sont grégaires sur les étendues d'eau en hiver. Migrateurs partiels, au vol d'apparence laborieuse, ils nichent dans les roselières et parmi les plantes palustres.

Comme la poule d'eau, qui occupe la même niche écologique et avec laquelle il cohabite souvent dans les zones humides anthropisées, c'est un oiseau qui, là où il n'est pas chassé, peut devenir très familier de l'homme.

On peut alors l'observer se nourrir sans qu'il ne soit effarouché. Il peut nicher près des habitations, voire dans les ports.

LA FOULQUE MACROULE

C'est un palmipède au corps arrondi, la plupart des spécimens arborant un plumage presque entièrement noir.

La foulque - souvent confondue avec la poule d'eau un peu plus petite à l'âge adulte - s'en distingue par ses pattes verdâtres aux longs doigts palmés, un bec blanc surmonté d'une plaque frontale (ou écusson) également blanche, des yeux ronds et rouges et des rémiges secondaires bordées de blanc.

Elle plonge souvent et habilement pour chercher sa nourriture et nage lentement, avec un hochement caractéristique de la tête. Elle défend son territoire et en chasse les intrus.

Chant : plutôt de nuit ou lors de ses vols au printemps ; son répertoire inclut une sorte de bref éternuement.

Alimentation : Son régime est omnivore à forte tendance végétarienne.

Elle va chercher sa nourriture jusqu'à 2, voire 4 à 5 m de profondeur.

LA FOULQUE MACROULE

Habitat, répartition

Cet oiseau vit et niche dans les berges de cours d'eau et dans presque tous les types de zones humides (hors tourbières acides). On le trouve occasionnellement sur des eaux saumâtres ou salées (baies de faible profondeur). Très cosmopolite, il est présent en Asie, Europe, Afrique du Nord, Océanie et Amérique du Nord.

Ses deux plus importants sites d'hivernage en France demeurent la Cmargue et le Lac du Bourget (un peu plus 10 000 foulques y sont recensées chaque année).

LA FOULQUE MACROULE

Reproduction

Comme la poule d'eau, la foulque construit généralement un nid de branchages et matières végétales, posé sur une souche ou des végétaux à la surface de l'eau, souvent à faible profondeur et bien visible.

Le nid peut être renforcé et surélevé si l'eau ne monte pas trop rapidement.

La femelle pond de 5 à 9 œufs blanc cassé brillant légèrement mouchetés (plus volumineux et plus clairs que ceux de la poule d'eau).

L'incubation dure un peu plus de 21 jours et les poussins sortent souvent de l'oeuf sur plusieurs jours, fin avril pour les premières portées (d'autres pouvant suivre en cas de perte des petits)- jusqu'en fin juillet.

Les jeunes quittent le nid après quelques jours, encadrés en sous-groupes par les deux parents.

La femelle niche avec une moitié de la portée alors que le mâle construit une nouvelle plate-forme pour les poussins qu'il élève. Les jeunes mangent de manière autonome après 4 semaines.

Il leur faut encore 4 semaines avant de pouvoir voler. Les jeunes ont une tête et un bec rouge à la naissance.

LA FOULQUE MACROULE

Publié dans Les oiseaux

LE RAGONDIN OU MYOCASTOR.

Publié le par André MARINI

Le Ragondin est originaire d' Amérique du Sud.

Elevé en Europe pour sa fourrure, des spécimens importés à cet usage se sont échappés et ont formé par la suite des populations à tel point que ce rongeur est devenu une espèce invasive. Les espèces fossiles ont été toute découvertes en Amérique du Sud.

LE RAGONDIN OU MYOCASTOR.

Description

  • Poids moyen : 5–9 kg en moyenne 7 kg
  • Taille : un corps de 40–60 cm et une queue de 25 à 45 cm.

De mœurs à tendance crépusculaire et nocturne, il peut avoir une activité diurne non négligeable. Présent dans seulement quelques départements français lors de son introduction, il est désormais présent dans plus de 70 départements. Il a colonisé des régions telles que le marais poitevin, la Camargue ou les Landes dans une moindre mesure. Il est maintenant présent dans les régions du sud de la France (Lot-et-Garonne, Pyrénées-Orientales, Hautes-Pyrénées, Aude, Gard, Hérault, Tarn, Haute-Garonne, Vaucluse, Var, Bouches-du-Rhône...) mais on le trouve également dans certaines régions plus au nord.

Le froid est un facteur limitant et les hivers rigoureux leur sont fatals.

D'origine tropicale, l'organisme du ragondin n'est pas adapté au gel comme celui du castor. Lors d'hivers rigoureux, de nombreux ragondins ont la queue qui gèle, ce qui dégénère en gangrène mortelle.

Le ragondin est reconnaissable à ses quatre grandes incisives orange tirant sur le rouge.

Il se distingue du rat musqué par sa taille plus importante et par la section de sa queue, ronde chez le ragondin alors qu'elle est ovale chez le rat musqué.

LE RAGONDIN OU MYOCASTOR.

Habitat

Le ragondin est un animal préférant vivre dans les milieux aquatiques d'eau douce, parfois saumâtre. Aux rivières et fleuves d'Amérique du Sud d'où il provient s'ajoutent désormais tous les réseaux hydrauliques constituant son nouvel habitat dans les pays où il a été introduit : fossés et canaux reliant les marais.

Il creuse un terrier de 6 à 7 m le long des berges.

Ce terrier possède en général plusieurs entrées, dont une subaquatique.

Dans certaines régions à très forte densité de ragondins, et lorsqu'il a à sa disposition un vaste réseau de fossés et canaux, les terriers du ragondin participent à la déstabilisation des berges.

Par la quantité de terre exportée dans l'eau à chaque terrier creusé, le ragondin provoque également l'accélération du comblement des fossés et canaux.

Il utilise parfois les terriers déjà creusés par le rat musqué, avec qui il entre parfois en concurrence.

Il peut également construire des huttes de feuillages.

Régime alimentaire

Rongeur herbivore, son régime est normalement constitué de céréales, de racines, d'herbes ou autres.

Néanmoins, il s'adapte très vite aux ressources disponibles sur son territoire. Il consomme ainsi une grande quantité de céréales comme le maïs et le blé.

Majoritairement herbivore, il peut toutefois manger des moules d'eau douce.

Nuisances liées au ragondin

Le ragondin, par son mode de vie et sa qualité d'espèce invasive, influence et transforme considérablement son habitat, et est classé parmi les nuisibles dans plusieurs pays européens, dont la France.

Il est accusé en particulier de :

Dégradation et mise à nu des berges favorisant leur érosion progressive.

Fragilisation des fondations d’ouvrages hydrauliques par le réseau de galeries.

Dégâts causés aux cultures, écorçage dans les peupleraies.Menace sur certaines espèces végétales (surtout aquatiques) à cause d’une surconsommation.

Destruction des nids d'oiseaux aquatiques.

Possibilité de transmission de maladies telles que la douve du foie ou la leptospirose.

Selon une étude publiée dans l'Ecological Society of America, le ragondin a été classé en tête des 10 espèces exotiques les plus nuisibles d'Europe.

À ce titre, les ragondins sont également officiellement répertoriés par le projet européen Daisie (Delivering Alien Invasive Species Inventories for Europe) parmi les 922 espèces les plus envahissantes.

À l’inverse, lorsque sa densité n'est pas trop importante, cette espèce joue un rôle positif dans l’entretien de la végétation des marais (roseaux, lentilles d’eau).

Chasse et élevage

Outre sa chasse en tant que nuisible, le ragondin peut être chassé ou bien élevé pour la peau et la viande, sous réserve de détenir le certificat de capacité correspondant au même titre, par exemple, qu’un élevage de biches ou de sangliers.

JEUNE MARCASSIN EN LIVREE.

Publié le par André MARINI

JEUNE MARCASSIN EN LIVREE.

Voici un marcassin, trouvé hier et sans doute abandonné par sa mère parce qu'il est blessé et ne peut plus suivre les mouvements de la troupe.

Je n'ai, malheureusement, pas pu le sauver.

Comme le cordon ombilical est déjà bien cicatrisé et que les premières dents commencent à pousser, on peut supposer que ce jeune est âgé de quelques semaines, au plus.

JEUNE MARCASSIN EN LIVREE.

Jeune, le sanglier revêt une livrée rayée, alternant dans le sens de la longueur de l’animal des bandes claires et d’autres foncées dans les tons beige et marron, dont la fonction sert au camouflage. Il est dénommé marcassin.

JEUNE MARCASSIN EN LIVREE.

Ensuite, à partir du 4-5 ème mois, les soies (poils de la couche supérieure) prennent une couleur rousse, d’où son nom alors de bête rousse.

JEUNE MARCASSIN EN LIVREE.

ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.

Publié le par André MARINI

Canard en vol préparant son amerrissage.

Il suffit de laisser défiler les images sous forme de diaporama pour voir toutes les phases de cet amerrissage réussi.

Regardez la position des ailes et des pattes pour comprendre la technique. Nous n'avons rien inventé !

ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.
ATTERRISSAGE OU PLUTOT AMERRISSAGE EN DOUCEUR.

Publié dans Les oiseaux

BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.

Publié le par André MARINI

Petit troupeau de biches en forêt, surprises grâce au télé objectif mais il faut des yeux très exercés pour les distinguer et se préparer.

Ensuite, si l'on ne voit pas le troupeau arriver, il sera trop tard et le moindre mouvement les fera fuir.

BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.
BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.

Puis passe la deuxième, toujours aussi prudente.

BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.
BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.

Et ainsi de suite. Lorsque la première est passée, les autres suivent, quel que soit le danger

BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.
BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.

Puis vient la dernière.

BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.
BICHES SURPRISES AU TELE-OBJECTIF EN FORET.

Publié dans Les cervidés

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Publié le par André MARINI

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Le Blaireau européen (Meles meles) est la plus grosse espèce de mustélidés d'Europe.

Il est trapu, peut atteindre 70 cm de long (90 cm avec la queue) pour une vingtaine de kilogrammes et est facilement reconnaissable grâce aux bandes longitudinales noires qu'il porte sur le museau.

On le rencontre dans presque toute l'Europe.

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Nocturne et omnivore, il n'a pas bonne réputation auprès des agriculteurs et des chasseurs.

En fait, les végétaux constituent une part bien plus importante de son alimentation que chez les autres mustélidés et les services qu'il rend l'emportent largement sur les dégâts qu'il peut causer.

Un blaireau adulte peut ingurgiter annuellement près de cent kilogrammes de lombrics. Il apprécie aussi beaucoup les grenouilles et les vipères dont le venin ne lui fait aucun effet.

 

C'est un animal fouisseur, capable de construire de vastes galeries familiales dans les sols les plus durs grâce à ses pattes terminés par des griffes impressionnantes.

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Le terrier des blaireaux se trouve souvent au pied de reliefs, butte, falaise, talus.

Ils apprécient aussi la proximité des arbres et buissons à baies, tels que le sureau dont ils se régalent l'époque venue. La prolifération de ces arbres doit beaucoup aux animaux : ils en rejettent les graines dans leurs excréments, ce qui favorise la germination..

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Le blaireau est un grand terrassier ; pour creuser les galeries de son terrier, il peut remuer jusqu'à 40 tonnes de terre.

Le Blaireau européen ou Meles meles.
Le Blaireau européen ou Meles meles.

Certains terriers sont tellement importants qu'ils possèdent jusqu'à 30 à 40 entrées ; dans ce cas, la surface occupée par le terrier peut atteindre 2 000 m2. On parle alors de « donjon » ou de « forteresse ». En moyenne, la taille de son territoire couvre 40 à 50 hectares.

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Le terrier du blaireau est facilement reconnaissable grâce à la trace qu'il laisse avec son ventre, lors de ses sorties pour lesquelles il est bien armé.

Le Blaireau européen ou Meles meles.

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné.

Plantigrade,il était autrefois, classé avec les Ursidés.

Le « faux tulipier » ou Magnolia soulangeana.

Publié le par André MARINI

Le « faux tulipier » ou Magnolia soulangeana.

L'hybride Magnolia × soulangeana a été créé en 1820 par le botaniste français Etienne Soulange-Bodin, officier de cavalerie de l'armée Napoléonienne à la retraite dans son château de Fromont près de Paris. Cet hybride est un croisement de Magniolia denudata et Magnolia liliflora.

Depuis la France, l'hybride est rapidement entré en culture en Angleterre et d'autres parties de l'Europe, ainsi qu'en Amérique du Nord. Depuis lors, les sélectionneurs de plantes dans de nombreux pays ont continué à développer ce magnolia, et plus d'une centaine de variétés sont maintenant connues.

Le « faux tulipier » ou Magnolia soulangeana.

« Faux tulipier » (Magnolia ×soulangeana)

En cette saison, les fleurs épanouies donnent un air de fête aux jardins.

Le « faux tulipier » ou Magnolia soulangeana.
Le « faux tulipier » ou Magnolia soulangeana.

Publié dans Notre flore

CONNAITRE LA POSITION DES AILES DU CYGNE TUBERCULE EN COLERE.

Publié le par André MARINI

Le cygne tuberculé est agressif envers les intrus sur son territoire. Il montre son agressivité en battant des ailes et en frappant l'eau avec ses pieds palmés, ce qui produit un son pouvant s'entendre à plusieurs centaines de mètres.

Lors des confrontations, l'adulte poursuit son rival avec la tête et le cou posés sur le corps, les ailes relevées et le bec pointé vers l'avant et près du cou. Cette posture est caractéristique des interactions agressives chez le cygne tuberculé.

CONNAITRE LA POSITION DES AILES DU CYGNE TUBERCULE EN COLERE.
CONNAITRE LA POSITION DES AILES DU CYGNE TUBERCULE EN COLERE.

Les deux adversaires utilisent également leurs ailes pour se frapper, ils s'entremêlent le cou et se mordent l'un l'autre le dos et le cou. Le mâle dominant peut monter sur son rival, utiliser ses pattes et son cou pour pousser l'autre cygne sous l'eau jusqu'à ce que celui-ci abandonne le combat ou se noie.

Publié dans Les oiseaux

Lever des Grues cendrées du 09 mars 2014 par Antoine CUBAIXO.

Publié le par André MARINI

Il y a une semaine, le dimanche 09 mars 2014, une énorme vague de migration de plus de 57 500 Grues cendrées (Grus grus) transite par le Lac du Der en Champagne.

 

Voici la vidéo du départ du dortoir principal, le Lac du Der c’est 77 Km de rives, 33 800 Grues cendrées (Grus grus) sont passées dans un unique couloir d’environ 1 km de large et ont quitté le Lac du Der en 30 minutes environ.

Encore une fois, il fallait être « Au bon endroit, au bon moment ».

J’ai volontairement coupé peu de « rush » afin de vous faire vivre cette ambiance exceptionnelle au plus près des émotions ressenties ce jour là.

Dates, thèmes et horaires des visites ornithologiques guidées par Antoine CUBAIXO.

-Tel: Téléphonez au 06 09 79 00 37 pour plus d'infos.

-Email: Envoyez un mail à antoine.cubaixo1@gmail.com pour plus d'infos.

-Ou cliquez sur la photo ci-dessous.

Publié dans Les oiseaux

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Publié le par André MARINI

Nous conversions aimablement entre deux parties de pêche.

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Que se passe-t-il ? Un intrus qui cherche à s'accaparer ma belle lors de ma prochaine plongée ?

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Attends un peu ! Tu vas voir de quel bois je me chauffe !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Dépité, le coureur de jupons doit battre en retraite !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

VICTOIRE !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Viens ma belle ! Je suis le plus fort !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.
LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Et maintenant, retourne au travail !

LA JALOUSIE DU GREBE HUPPE.

Publié dans Les oiseaux

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Publié le par André MARINI

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Identification

C'est un petit de 40 à 47 cm de long avec une envergure de 67 à 72 cm, pesant entre 550 et 900 g, donc un peu plus petit qu'un fuligule milouin.

Le mâle a un plumage noir brillant et des flancs blancs, ainsi qu'une fine huppe noire de 5 cm et retombante. La femelle est uniformément brune (parfois avec un anneau blanchâtre autour du bec) avec une huppe plus courte. En vol, cette espèce est reconnaissable grâce à une barre alaire blanche.

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.
PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Aire de répartition

Il se rencontre dans toute l'Europe et une partie de l'ouest de l'Asie.

C'est principalement un migrateur qui passe l'hiver dans le sud et l'été au nord et au centre de l'Europe (îles britanniques, Islande, Scandinavie)

Habitat

Le fuligule morillon fréquente les eaux libres ainsi que les rivières larges.

Comportement

C'est un oiseau grégaire, qui forme de larges bandes en hiver.

Il vit avec d'autres canards plongeurs, notamment les fuligules milouins et les foulques. Bon plongeur, il peut descendre jusqu'à plusieurs mètres de profondeur.

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Régime alimentaire

Il se nourrit principalement en plongeant d'insectes, de mollusques, de têtards, de petites grenouilles, de petits poissons, de crustacés et de végétation aquatique.

PARMI LES CANARDS FULIGULES, VOICI LE MORILLON.

Reproduction

La femelle pond une couvée par an de 8 à 11 œufs entre mars et mai. Le nid est au sol, près de l'eau bien caché. Il est fait d'herbes, de jonc et de duvet de la femelle.

Publié dans Les oiseaux

Bienvenue aux abonnés de ce blog.

Publié le par André MARINI

Bienvenue aux abonnés de ce blog.

Je découvre aujourd'hui, avec plaisir, qu'il y a déjà de nombreux abonnés à ce blog.

Ceci m'avait échappé mais même avec un peu de retard, je les remercie de leur confiance et leur souhaite la bienvenue.

OIE BERNACHE DU CANADA.

Publié le par André MARINI

OIE BERNACHE DU CANADA.

La Bernache du Canada (Branta canadensis) est une espèce de grand oiseau de la famille des anatidés.

Elle est la plus grande des bernaches, ou oie noire.

Au Canada, elle est habituellement appelée outarde

OIE BERNACHE DU CANADA.
OIE BERNACHE DU CANADA.

Morphologie

Le cou, le bec et la tête sont entièrement noirs hormis les joues et la gorge qui sont blanches.

La queue est noire, le croupion et le bas-ventre blancs, le reste du corps brun-gris avec des liserés plus clairs.

OIE BERNACHE DU CANADA.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire de la bernache du Canada est végétarien : plantes aquatiques, céréales, graminées.

OIE BERNACHE DU CANADA.
OIE BERNACHE DU CANADA.

Comportement reproducteur

La bernache du Canada se trouve un compagnon ou une compagne (pour s’accoupler) au cours de la deuxième année de sa vie.

Le couple construit souvent le nid à même le sol, près de l'eau, de préférence sur un îlot.

Il est fait d'une couche plus ou moins épaisse de branchettes ou d'autres matières végétales trouvées dans les environs et il est aussi tapissé de duvet. 

La couvée compte habituellement de cinq à sept œufs.

La femelle couve ses œufs de 25 à 28 jours, tandis que son compagnon assure la garde à proximité.

Parfois, le mâle se tient à plusieurs centaines de mètres du nid, mais il est toujours vigilant et retourne au nid dès que celui-ci est menacé ou si la femelle doit s’en éloigner.

Pendant la période de couvaison, la femelle ne quitte le nid chaque jour que pendant de brefs moments, pour aller se nourrir, boire et se laver.

Peu de temps après l’éclosion des œufs, les familles quittent leur nid et parcourent parfois plusieurs kilomètres en quelques jours en marchant pour atteindre leur site d’élevage des couvées.

Dès qu’ils quittent le nid, les oisons se nourrissent de graminées dans les prés et le long des rivages.

Six à neuf semaines après l’éclosion, selon la race, les oiseaux seront prêts à s’envoler en famille.

À ce moment-là, il n'y aura environ que la moitié des oisons qui auront survécu.

OIE BERNACHE DU CANADA.

Un couple de bernaches restera ensemble pour la vie.

Cependant, contrairement à la croyance populaire, si un des partenaires est tué, il est possible que l’autre se trouve un nouveau compagnon.

En automne, les oiseaux juvéniles volent avec leurs parents et ne s'en séparent qu'à leur retour dans la zone de nidification, le printemps suivant.

Publié dans Les oiseaux

Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )

Publié le par André MARINI

Il y a actuellement 3 Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla ) au Lac du Der, 2 adultes, probablement un couple et 1 immature.

Remerciements à François Cuvelier et à Antoine Cubaixo pour les photos de ce magnifique oiseau prises le dimanche 23/02/2014.

C'est tout simplement grandiose et je rejoins Antoine en m'associant aux remerciements adressés à François Cuvelier.

Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )
Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )
Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )
Trois Pygargues à queue blanche ( Haliaeetus albicilla )

Publié dans Les oiseaux

OBSERVATIONS RECENTES AU LAC DU DER PAR ANTOINE CUBAIXO.

Publié le par André MARINI

Depuis plusieurs mois, le Lac du Der me manque !

Heureusement Antoine est là, toujours aussi passionné et c'est grâce à lui que je peux patienter jusqu'à la migration de printemps qui vient de débuter.

Encore quelques jours de patience.

Grues cendrées en hivernage en janvier 2014 

Vidéo prise par Antoine Cubaixo

+33 (0)6 09 79 00 37

Site Internet personnel Chaîne Youtube

Dernières observations, en nombre, le 18 février 2014.

Plongeon à bec blanc                 Gavia adamsii                            1

Pygargue à queue blanche      Haliaeetus albicilla                      1

Plongeon imbrin                            Gavia immer                             3

Oie des moissons                         Anser fabalis                             7

Pluvier doré                               Pluvialis apricaria                  5.000

Canard pilet                                      Anas acuta                              2

Garrot à oeil d’or                        Bucephala clangula                    26

Harle bièvre                                Mergus merganser                    20

Combattant varié                       Philomachus pugnax                    2

Bécasseau variable                      Calidris alpina                            1

Grue cendrée                                  Grus grus                           1.120

Nette rousse                                   Netta rufina                               8

Aigrette garzette                         Egretta garzetta                           2

Et, bien entendu, la superbe et incontournable grue cendrée.

OBSERVATIONS RECENTES AU LAC DU DER PAR ANTOINE CUBAIXO.

Publié dans Les oiseaux

L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.

Publié le par André MARINI

En fait, le coureur, c'est moi parce que si j'ai voulu immortaliser la femelle et ses jeunes, je n'avais pas vu le mâle qui n'a pas hésité une seconde à m'attaquer violemment.

Après être tombé en arrière et avoir repris mes esprits, j'ai pu offrir à cette douce famille les honneurs de la photo.

Forêt de Compiègne, entre Compiègne et Pierrefonds.

L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.
L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.
L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.
L'ATTAQUE DU CYGNE...AVANT-COUREUR.

Publié dans Les oiseaux

PROMENADE EN SOUS-BOIS A LA RECHERCHE DE L' INSOLITE.

Publié le par André MARINI

Publié dans Insolite

NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.

Publié le par André MARINI

Animaux surpris au téléobjectif dans la spontanéité de leurs évolutions.

NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.
NOS ANIMAUX SURPRIS AU TELEOBJECTIF.

PROVERBE: ARC EN CIEL DU SOIR MET LA PLUIE EN RETARD.

Publié le par André MARINI

PROVERBE: ARC EN CIEL DU SOIR MET LA PLUIE EN RETARD.

Publié dans Insolite

PASSAGE TRES FREQUENTE PAR LES SANGLIERS EN SEINE-ET-MARNE.

Publié le par André MARINI

ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.

Publié le par André MARINI

Article présenté sous forme d'un diaporama que vous pouvez laisser défiler.

ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.
ENCORE PRIS SUR LE VIF AVEC UNE ATTENTION DE CHAQUE SECONDE.

PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.

Publié le par André MARINI

Photos "nature" et parfois dans des positions instantanées.

PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.
PRISES DE VUE SUR LE VIF ET PARFOIS EN MOUVEMENT.

JOYEUX NOEL A TOUS MES AMIS, LECTEURS DE CE BLOG.

Publié le par André MARINI

Il ne manque que les animaux pour que ce clip entre dans le thème de ce blog.

Joyeux Noël aux lecteurs qui deviennent de plus en plus nombreux à lui rendre visite. 

Publié dans Articles divers

PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.

Publié le par André MARINI

Le propre du chasseur d'images est de ne pas choisir l'instant.

Le lieu ? Oui, parfois...Mais la vision est si fugitive qu'il faut être prêt à chaque seconde et, malgré cela, on manque encore des occasions superbes !

Dans mon chapitre regrets, je classerai quatre occasions manquées:

-Deux biches sautant le chemin et retombant les quatre fers en l'air en glissant sur une plaque de verglas.

-Un martin- pêcheur épuisé se posant sur ma canne à pêche pour se reposer.

-Une colonne de 28 biches passant à queiques mètres.

-Une laie nous chargeant alors que nous regardions naïvement les marcassins.

Mais c'est au hasard des promenades que se fait le hasard des rencontres !

Il n'y a donc plus un mot à ajouter. Regardons ensemble et laissez défiler...Si vous le voulez bien !

PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.
PRISES DE VUE SUR LE VIF, PARTIE 1, MEME S'IL VOUS FAUDRA, PARFOIS, ECARQUILLER LES YEUX.

LE LAC DU DER RESERVE TANT DE SPECTACLES UNIQUES A QUI SAIT LES ATTENDRE.

Publié le par André MARINI

Le Plongeon à bec blanc (Gavia adamsii), aussi appelé Plongeon à bec jaune est le plus grand des gaviidés, bien qu’il ne soit que légèrement plus grand que le Plongeon huard, avec lequel il est souvent confondu.

LE LAC DU DER RESERVE TANT DE SPECTACLES UNIQUES A QUI SAIT LES ATTENDRE.
LE LAC DU DER RESERVE TANT DE SPECTACLES UNIQUES A QUI SAIT LES ATTENDRE.

"Plongeon huard", encore appelé "plongeon imbrin".
Son bec gris noir à pointe blanchâtre assez fort, en forme de poignard, le distingue du Plongeon à bec blanc.

Le plongeon à bec blanc est placé dans la catégorie "préoccupation mineure", puisqu'on estime sa population mondiale comprise entre 22.000 et 25.000 individus.

La population européenne est estimée à seulement 500 individus hivernants.

 

Sa présence sur le Lac du Der, en Champagne-Ardenne, est, de ce fait, d'autant plus exceptionnelle et a pu être filmée le 17 décembre 2013.

La longueur varie de 77 à 90 cm, avec une envergure considérable comprise entre 135 à 150 cm.

Les adultes nicheurs ont la tête noire, le ventre blanc et le dos orné d’un dessin en damier noir et blanc.

les yeux sont rouges et le bec blanc jaunâtre tenu au-dessus de l’horizontale.

A ne surtout pas manquer, le blog de Jean CHEVALLIER !

http://jeanchevallier.jimdo.com/blog/

Après l'espèce rare, voici le spectacle rare:

 

LE LEVER DE MILLIERS DE GRUES CENDREES QUITTANT LE LIEU DE REPOS POUR SE NOURRIR DANS LES CHAMPS VOISINS.

 

43 033 Grues cendrées (Grus grus) au Lac du Der (Record absolu pour une 2ème décade de décembre).

Plus de 43 000 Grues cendrées sont actuellement en "hivernage" sur le site, c'est même un record pour une mi-décembre, donc cela mérite d'être vu, même bien au chaud devant son écran.
Antoine CUBAIXO

Pour voir et....entendre...cette vidéo exceptionelle, cliquez sur la photo de Antoine CUBAIXO, mettez votre lecteur en plein écran et laissez dérouler jusqu'au bout: Le spectacle est croissant en intensité.

 

Surtout, montez le son parce que ce spectacle n'est pas seulement visuel !

MAIS POUR ETRE AU BON ENDROIT AU BON MOMENT LORS DES VISITES ORNITHOLOGIQUES GUIDEES, TELEPHONEZ AU 06.09.79.00.37.

 

ou envoyez un e-mail à antoine.cubaixo1@gmail.com pour plus d'infos.

 

ou allez sur le site, cliquez sur le lien du thême qui vous intéresse pour plus d'informations ou pour une réservation.

 

Le seul risque que vous prenez est d'y retourner souvent.

Publié dans Les oiseaux

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>